Choisir une pompe de jardin

Publié le : 13/03/2015 11:18:57
Catégories : Equiper son jardin

Ce guide est là pour vous aider à déterminer la pompe de jardin qui conviendra à vos besoins.

I- Pompes Immergées :

Avec ces pompes immergées, ou pompes d'évacuation en eau , vous pourrez vous en servir comme pompe pour vider les caves, les garages, les marres et puits ! Elles peuvent donc servir aussi à alimenter un circuit d'arrosage, spécialement les pompes grande profondeur car elles admettent une hauteur d'eau au-dessus de la pompe compatible avec les profondeurs des puits, et surtout la hauteur d'eau au-dessus de la pompe. Vous trouverez des pompes à eaux claires (voir le diamètre des particules selon les modèles), plutôt réservées à alimenter des circuits d'eau et/ou d'arrosage, et des pompes à eaux chargées plutôt réservées à la vidange de lieux innondés, de mares, étangs et piscines sales. Il n'y a pas besoin de tuyau d'aspiration car l'eau est pompée par la base de la pompe. La pompe immergée est submersible et refoule l'eau pour l'évacuer avec un débit relativement important et une pression assez faible. L'eau peut être chargée de particules dont le diamètre peut aller jusqu'à 40 mm ou même plus.

Schéma Pompe Immergée

 
Donc plusieurs types de pompes immergées : 1- Pompes pour Eaux Claires : les particules en suspensions doivent être fines (pas plus de quelques mm), plutôt destinées à vider des eaux stagnantes , mais non polluées par des substrats 2- Pompes pour Eaux Chargées : les particules en suspensions acceptées peuvent être importantes (certains modèles acceptent 40 à 50 mm), plutôt destinées à vider des eaux stagnantes , mais polluées par des substrats, feuilles, débris divers .. 3- Pompes Vide-Fût : elles sont destinées à être immergées dans des cuves de récupération d'eau , pour arroser. 4- Pompe pour Fontaine : Elles sont destinées à être immergées dans des bassins décoratifs et/ou à poissons selon les modèles. Des jeux d'eaux peuvent être associés à ces pompes. Comme pour les pompes de surface, il est préférable d'adjoindre un clapet antiretour (ref 9533) au dessus de la pompe. Pour les pompes grande profondeur, comme elles n'ont pas de flotteur , il est préférable d'adjoindre aussi un boitier type AQUACONTROL   (ref 9514) (l'AQUACONTROL+ est lui en protection IP 65, donc avec une meilleure étanchéité à l'eau projetée) qui va lui contrôler la pompe automatiquement ! Le système devient alors automatique, ce qui veut dire qu'en ouvrant votre robinet ou votre vanne, la pompe se mettra en fonction toute seule, et s'éteindra lors de la fermeture de l'arrosage ou de la vanne.

II- Pompes de Surface :

Avec ces pompes de surface, ou pompes d'alimentation en eau, l'arrosage à partir d'un puits, ou réserve d'eau est simplifié. Selon la surface d'arrosage souhaité, il faut rester sur des pompes monocellulaire pour le particulier, ou, si vous avez besoin de débit et pression importante, s'orienter vers des multicellulaires. Il faut adjoindre un clapet antiretour, et un système type "Aquastop" (ref 9512) ou encore beaucoup mieux, un AQUACONTROL(ref 9514) (l'AQUACONTROL+ est lui en protection IP 65, donc avec une meilleure étanchéité) qui va lui contrôler la pompe automatiquement ! Le système devient alors automatique, ce qui veut dire qu'en ouvrant votre robinet, la pompe se mettra en fonction toute seule, et s'éteindra lors de la fermeture de l'arrosage. Attention, Il faut aussi mettre un clapet anti retour pour éviter les fuites d'eau vers le puits. Les tuyaux d'aspiration sont plutot des tuyaux annelés (diamètre selon les entrées/sorties des pompes). Pour les pompes de surface, il est important de savoir à quelle profondeur "P" la plus basse vous allez pomper l'eau par rapport à la pompe (P= c'est la profondeur d'aspiration) , et à quelle hauteur "H" vous allez délivrer l'eau par rapport à la pompe ( H + P = hauteur de refoulement), ce qui vous donne la hauteur de refoulement.

Schéma Pompe de surface

 
 

III- Pompes Monocellulaire

Elles sont recommandées pour l'arrosage habituel des jardins, des potagers de dimensions habituelles pour un particulier, ou des pelouses. Ces pompes de surfaces sont en général réservées au pompage à partir de réserves d'eau claire (particules inférieure à 0.5mm). Il vaut mieux mettre en bout de tuyau d'aspiration une crépine filtrante.

IV- Pompes Multicellulaire

Elles sont recommandées pour l'arrosage de surface importante, de cultures maraichères, ou pour l'entretien de batiments agricoles ; ces pompes, par la multiplicité des turbines, dégagent une puissance d'aspiration importante, et de ce fait une pression et un débit important. Pour cette puissance importante, ces pompes sont le plus souvent pourvues d'arbres en acier carbone ou en inox pour une longévité accrue et une résistance augmentée. Forte pression et débit important les caractérisent ! Ces pompes de surfaces sont en général réservées au pompage d'eau claire (particules inférieure à 0.5mm). Il vaut mieux mettre en bout de tuyau d'aspiration une crépine filtrante.

V- Pompes avec surpresseur

Les Pompes avec surpresseur pompent de l'eau (à une profondeur indiquée selon les modèles) dans un puits, une citerne ou réserve d'eau, puis la redistribue sous pression. On place les groupes surpresseur à proximité d'une citerne ou d'un puits foré. On peut les utiliser pour alimenter la maison, ou un réseau d'eau, en un réseau séparé, par exemple pour les chasses d'eau et la machine à laver le linge. Comment cela fonctionne t-il ? La pompe aspire l'eau du forage, du puits, de la réserve d'eau pour l'envoyer dans le réservoir. Ce réservoir contient un ballon en caoutchouc rempli d'air (ou vessie). Lorsque la pression dans le réservoir atteint une certaine limite, un pressostat coupe la pompe; un clapet anti-retour (qui doit être mis sur le circuit d'eau de pompage)(ref 9533) empêche l'eau de redescendre. L'eau contenue dans le réservoir reste donc sous pression jusqu'à ce qu'on prélève de l'eau. Quand vous ouvrez l'eau, la pression dans le surpresseur descend et envoie un signal à la pompe de se mettre en fonction . Quand vous arrêtez l'eau, ou Quand la pression dans le ballon redescend en dessous d'un certain seuil de pression, la pompe se met à nouveau en route pour re remplir le réservoir. Il faut ajouter à votre système un appareil type "Aquastop" (ref 9512) pour le manque d'eau et arrêter le système en cas de manque d'eau dans la réserve, ou puits.

VI- Motopompes

Si vous devez pomper de l'eau dans des endroits où vous ne disposez pas d'électricité, vous pouvez utiliser une pompe à moteur (ou motopompe) à essence (2 temps ou 4 temps). Ce type de pompe se met facilement en fonction en tirant simplement sur un câble de démarrage. Dès que le moteur démarre, vous pouvez commencer à pomper. Ces motopompes sont idéales pour pomper dans des mares, ou même vider des bassins ou des caves. Leur autonomie énergétique en font des éléments mobiles et facilement déplacables. Il est préférable de choisir en tuyaux, des tuyaux plats (pour le rejet) et/ou annelés (pour l'aspiration) de fort diamètre ! Entrée et Sortie entre 1"(25mm) ou 2"(50mm) selon les modèles. Les débits peuvent être importants, allant de quelques m3/h à plusieurs dizaines de m3/h, selon la puissance de la motopompe.

VII- Les Pompes à Main :

Une pompe à main en fonte doit être placée à proximité d'une citerne. La pompe en elle-même est un mécanisme simple, mais le débit est faible et nécessite surtout de "l'huile de coude" pour amener l'eau à la surface. La pompe à main donne un bel effet rustique et nature au jardin. Une pompe à main est facile à installer. Placée sur un support robuste, montez une crépine au bout du tuyau d'aspiration et plongez le tuyau dans le puit (colonne d'aspiration). Amorcez la pompe avec de l'eau et chassez l'air du tuyau en pompant. Après quelques instants, vous pouvez commencer à pomper l'eau du puits.

VIII- Principe De Fonctionnement D’un Surpresseur:

L’eau est aspirée, comme sur une pompe de surface normale, à l’aide d’un tuyau semi-rigide équipé d’un clapet anti-retour situé dans l’eau.  (Important : ne pas utiliser de filtre coté aspiration car risque de perte d’aspiration) . Quand on ferme le tuyau de sortie d’eau la pompe envoi l’eau, (qui ne peut plus sortir), dans une « vessie » en caoutchouc qui gonfle en se remplissant. Pour éviter un éclatement, (dû a l’étirement du caoutchouc), de l’air sous pression (1,8 bar à vide) limite la tension de cette « vessie ». Quand toute la pompe est sous pression, un pressostat de coupure électrique reçoit l’eau qui appui sur sa membrane et tend les ressorts jusqu’au basculement mécanique de coupure. La pompe arrêtée reste, ainsi, sous pression  jusqu'à l’ouverture de la sortie d’eau. Quand la pression diminue le pressostat se réenclenche et le cycle recommence ! Si une fuite existe la pression ne peut pas rester dans la pompe et la pompe redémarre. Attention : la fuite peut se situer dans l’eau. Le tuyau d’aspiration étant maintenu sous pression, par le clapet anti-retour, une fuite à ce niveau ou sur le tuyau n’est pas forcément visible. Contrôle possible : sortir, après arrêt sous pression, le tuyau et la crépine hors de l’eau et vérifier les fuites éventuelles. Pour vérifier la pression d’air du réservoir :  en retirant le bouchon de valve, type automobile, situé sous le cache noir (en bout de la cuve, à l’opposée du tuyau tressé). La pression doit être de 1,5 a 1,8 bar pour les réservoirs 19 et 24 litre et de 1,5 a 2,2 bar pour les réservoirs 50 et 60 litres.  Cette vérification de  pression doit être faite pompe débranchée et eau de sortie ouverte  (pas de pression d’eau dans le réservoir). Si de l’eau sort de cette valve  d’air, la vessie située derrière la plaque métal coté tuyau doit être percée et doit être remplacée. Réglage du pressostat surpresseur : enlever le capot et régler a l’aide des deux vis avec ressort : - La vis avec le petit ressort règle l’arrêt en pression maxi ( sens serrage => Pression +haute) - La vis avec le gros ressort  règle la remise en route après ouverture de l’eau (sens serré : ré arme plus tôt. / Desserré : plus tard) - L’écart de pression est d’environ 2 à 3 bars Important : agir de préférence sur le petit ressort  (une action importante sur le gros ressort rend impossible les réglages).

IX- Principes D’utilisation et de Contôle Des Pompes De Surface :

1)  Contrôle Rapide Du Fonctionnement : Test Sans Eau: - Brancher la pompe et poser une feuille de papier sur l’aspiration, si la feuille reste collée, la pompe aspire normalement et il est probable que le défaut soit extérieur (tuyau, crépine, amorçage ?) 2) Amorçage Des Pompes Simple Turbine Et Surpresseur : - Installer le tuyau d’aspiration équipé d’une crépine, (avec un clapet anti-retour), afin de maintenir l’eau dans le tuyau. - Remplir la pompe soit par le raccord de sortie, soit par le bouchon de remplissage situe au-dessus du corps de pompe. - Attendre que le niveau d’eau soit stable avant de placer le tuyau de sortie, ou de refermer le bouchon de remplissage. - Si l’eau est très éloignée de la pompe, il peut être nécessaire d’arrêter et de redémarrer la pompe plusieurs fois, afin de faciliter l’élimination de l’air situe dans le tuyau d’aspiration, avant d’obtenir la pression correcte de sortie. 3) Contrôle Des Accessoires Extérieurs - Vérifier le diamètre de passage d’eau égal au plus important, en entrée et en sortie. - Contrôler le tuyau d’aspiration qui doit être le plus « rigide » possible, car en cas de tuyau souple il y a risque de pincement par une aspiration trop forte de la pompe. - S’assurer que l’eau est propre et filtrée par une crépine (si la pompe aspire des débris feuilles, pailles etc.… l’aspiration se bouche  et provoque une panne) . IMPORTANT : les pompes multi-turbines ne sont pas auto-amorçantes et doivent obligatoirement être remplie par le bouchon, ou alors, ouvrir ce bouchon pendant le remplissage de la pompe, par le raccord de sortie. Quand l’eau est stable au niveau du filetage, du bouchon de sortie, le tuyau et la pompe sont remplis et prêts à fonctionner.  

X- Comment choisir le bon Tuyau?

En règle générale, les sorties de pompes sont en 1" (1 pouce) et implique d’emblée l’utilisation de tuyau de Ø 25mm. Dans la plupart des cas, des réductions sont employées afin de correspondre aux terminaux. Il est conseillé de les installer progressivement, afin de ne pas casser le débit brusquement. Toujours dans le même soucis, il est préférable d’utiliser des dérivations en Y plutôt que des raccords en T. Le Choix du Ø dépend aussi de la longueur à parcourir : un tuyau Ø 19 laisse passer 2 fois plus d’eau qu’un tuyau Ø 12,5, et les pertes de charges sont de 3 à 5 fois moins importantes avec un un tuyau Ø 19.

XI- Comment bien choisir sa pompe et calculer sa perte de charge?

Une loi fondamentale de l’hydraulique empêche une pompe de puiser l’eau si la distance entre le niveau de puisage de l’eau est le niveau de la pompe est supérieur à ± 7,60 m. C’est la première mesure à prendre, sur les 3, pour choisir son type de pompe. 1 - La hauteur de puisage Différence entre le niveau de puisage et la pompe : Si la différence est < à 7,60 m : pompe de surface Si la différence est > à 7,60 m : pompe immergée 2 - Le Débit nécessaire Il est égal à la somme des débits des matériels utilisés (arroseurs, sprinklers, goutte à goutte, irrigation, etc) 3 - La Pression La pression, ou hauteur manométrique totale, HMT, correspond à la différence entre le niveau de puisage et le niveau de tirage le + haut, majorée des pertes de charge. Elle s’exprime en mètres ou en bar (10 m = 1 bar) et est la somme de 3 mesures qui sont à prendre en compte : 3A - La hauteur d’aspiration : HA C’est la différence entre le niveau du puisage de l’eau et le niveau de la pompe. On peut toutefois utiliser un tuyau plus long que la HA (par exemple 7 m de tuyau pour une HA + 4,00 m.). Elle s’exprime en mètres. Pour une pompe immergée HA = 0 3B - La hauteur de refoulement : HR Comme la HA, c’est la différence de hauteur entre le niveau de la pompe et le niveau du point de tirage (arroseurs, sprinklers, etc) le plus élevé. Elle s’exprime en mètres. Pour une pompe immergée, HR = différence entre niveau de l’eau (du puisage) et le point de tirage le plus élevé. 3C - Les pertes de charges : PC Elles dépendent du Ø du tuyau et de sa longueur, selon le débit. Le tableau ci-dessous permet de les calculer. Compte tenu de l’emploi de dérivations, coudes et raccords qui peuvent être montés sur l’installation, il est d’usage de majorer le résultat obtenu de ± 10 %. Pour terminer il convient d’ajouter à ces 3 mesures la Pression résiduelle PR qui correspond à la pression recommandée du terminal utilisé : elle se mesure en mètres avec un rapport 1 bar = 10 m. Exemple ci-dessous d'un calcul pour l'installation de 1 arroseur (soit 1,60 m3/h avec une pression mini 2 bars) avec 35 m de tuyau Ø 19 mm , selon le schéma topographique ci-dessous : Calcul: HA(hauteur d'aspiration) = 6,00 m HR(hauteur de refoulement) = 5,00 m PC(perte de charge) = 1,6 x 3,5 + 10 % = 6,20 m PR(pression résiduelle) = 20,00 m HMT(hauteur manométrique totale)(HA+HR+PC+PR) = 37,20 m soit 3.7bars Résultats: je dois donc trouver une pompe qui fasse une HMT = 37,20 m (soit une pression de 3.7bars) pour un Débit = 1,6 m3/h ! Il faut en suite choisir la pompe dont la courbe et données sont justes au dessus de ces 2 valeurs !

Partager ce contenu